Mobile sur deux plans

Calder ( mobile sur deux plans )

Il suffit à peine de pousser l’extrémité du mobile pour le faire tournoyer des heures et des heures.
Les couleurs vives font vivre cette œuvre.
Muet, sans vie, ces termes s’effacent lorsqu’on souffle ou bien même qu’on l’effleure pour qu’il se ranime.
Et dès que les couleurs s’agitent ainsi que le mobile, c’est l’enfant en nous qui s’éveille.       Alexis Bitat  2 LOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s