222 winchester

Son bruit, froid et glacial, inerte comme un corps sans vie,
on retient son souffle, la balle est partie, notre cible est manquée,
on s’en fiche on est là pour s’entrainer.

La douille s’expulse de la chambre, le coup est parti.
On tire le chien d’avant en arrière.
Arme chargée et parée.

On ferme notre œil, on fait le vide, on presse la détente,
notre cible est abattue, on se détend, on reprend
le même enchaînement.

                                                                               Bitat Alexis

2 réflexions au sujet de « 222 winchester »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s