Mon objet.

Mon objet n’est pas un objet, il fait partie de soi. Il peut être sur notre peau comme de la soie, une main caressant nos cheveux. Pas une seule journée sans lui !
Quelques gouttes de bonheur prisonnières d’un flacon. Un goût sucré de vanille qu’on aurait envie de manger. Il n’y a rien à entendre. On vaporise et on imagine..

Ophéline GRANDIDIER.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s